Une nouvelle étude montre que la réponse de l’industrie minière à la catastrophe de Brumadinho reste faible

Une nouvelle étude publiée par la Responsible Mining Foundation (RMF) révèle que plus d’un an après la catastrophe de Brumadinho au Brésil, qui a fait 270 morts, l’industrie minière louvoie toujours face aux mesures nécessaires pour éviter de nouvelles ruptures de barrages de retenue de résidus.

Le rapport RMI Report 2020 récemment publié révèle que l’action menée par les investisseurs, déclenchée par la catastrophe de Brumadinho, a permis d’améliorer la transparence sur les installations de stockage des résidus (TSF) des entreprises. Cependant, en grande majorité les entreprises ne sont toujours pas en mesure de démontrer qu’elles évaluent l’efficacité de leurs mesures de gestion des risques liées aux TSF et qu’elles réagissent en prenant des mesures adaptées quand cela est nécessaire. Et surtout, très peu de sites miniers sont en mesure de prouver que les communautés locales ont été informées de la marche à suivre en cas d’urgence liée aux résidus.

Une nouvelle norme mondiale sur la gestion des résidus, en cours de finalisation, est une initiative bienvenue mais elle pourrait être considérablement renforcée afin de changer réellement la donne en matière de sécurité des résidus. La RMF recommande fortement que cette nouvelle norme définisse des exigences claires sur les points suivants:

– Publication des informations clés au niveau opérationnel, site minier par site minier, sur la gestion et la sécurité des TSF avec accès public aux données pour toutes les parties prenantes, en particulier les investisseurs et les financiers, les gouvernements ainsi que les communautés locales et les travailleur·ses.

– Engagement avec les parties prenantes locales sur les questions de sécurité des résidus et dans la conception et la simulation des plans de préparation aux situations d’urgence.

– Des mesures d’atténuation fortes pour faire face aux risques posés par les TSF existants, y compris, le cas échéant, l’arrêt et le démantèlement des structures à haut risque.

– Elargissement de la responsabilité en matière de sécurité des résidus à la haute direction et aux conseils d’administration.

– Le respect du droit au Consentement Libre, Informé et Préalable (CLIP) : obligatoire lorsque de nouveaux TSF ou des extensions sont situés dans des zones avec des Peuples Autochtones ; et la recommandation d’étendre le principe du CLIP aux autres communautés potentiellement touchées.

– Interdiction des rejets de résidus dans les lacs, fleuves et milieux marins, en accord avec la dynamique grandissante au sein des banques internationales et des fonds multilatéraux réclamant l’arrêt de ces méthodes destructives d’élimination ou de stockage des résidus.

Ou lisez la Perspective de Recherche en ligne : https://www.responsibleminingfoundation.org/fr/research/gestion-des-residus-quels-changements-depuis-brumadinho/

Responsible Mining Foundation

La Responsible Mining Foundation (RMF) est un organisme de recherche indépendant qui encourage l’amélioration continue des pratiques responsables dans l’ensemble du secteur minier en développant des outils et des cadres méthodologiques, en publiant des données d’intérêt public et en rendant possible un engagement éclairé et constructif entre les entreprises minières et les autres parties prenantes.

La Fondation n’accepte pas de financement ou d’autres contributions de l’industrie minière.


Partager